Arena : les moments forts de la réunion publique

La réunion publique d'information sur l'Arena s'est déroulée hier en présence de nombreux adhérents de Dunkerque en mouvement. En voici un compte-rendu non exhaustif. Il vous permet de revivre quelques moments forts d'une réunion qui aura duré, au final, plus de trois heures.

Ambiance.- L'ambiance s'est très rapidement tendue. Il faut dire que les habitants présents étaient impatients de se faire entendre sur ce dossier auxquels ils n'avaient jamais été associés. C'est la prise de parole du représentant de la future "Société Dunkerque Arena" qui a mis le feu aux poudres. A l'énoncé des noms des artistes Rihanna, Céline Dion et autres Michel Sardou qui seraient accueillis à l'Arena, les habitants présents ont commencé à donner de la voix : "On n'a pas d'argent pour se payer la place !". Un brouhaha de mécontentement s'est levé. La tension est alors montée... pour ne plus jamais redescendre !

Incongrue biodiversité.- Un assez long exposé sur la biodiversité a étonné les habitants présents. Qu'avons-nous appris ? Que le chantier de l'Arena démarrerait à l'automne (rien n'est moins sûr cependant !) une fois que les oiseaux auront terminé leur nidification ; que des espèces remarquables seraient déplacées sur un site de compensation spécialement créé.  Une intervention qui tombait comme un cheveu sur la soupe, car l’opportunité même de l’ensemble du projet n’a jamais été discutée !

Transports.-  Précisons que quelques minutes avant ce qui suit, Dominique Desprez, chargé du dossier Arena à la CUD, avait expliqué que deux parkings seraient créés : un parking de 7 000 places commun avec le centre commercial Noord Gracht  et un parking de délestage de 3 200 places, de l'autre côté de l'A16... Alice Varet, au nom de Dunkerque en mouvement, a posé trois questions dont l'une concernait l'accès à l'Arena en transport collectif : "Tous les projets de stades et de salles posent aujourd'hui cette question de l’accès en transport collectif. Or, au Noord Gracht, Il n'y a pas de ligne de bus de ville existante et au mieux, on n'en créera qu'une seule ! Ensuite, pour ceux qui viennent de plus loin, la gare n'est pas à proximité. Cela signifie que l'accès à l'Arena doit se faire en tout voiture. Ce qui ne manquera d'occasionner des problèmes de congestion et un baisse d'attractivité. Pourquoi alors avoir choisi un site aussi excentré ? "

En matière de transports collectifs, les réponses de la CUD se sont bornées à deux annonces : une ligne de bus serait prévue de Cappelle à Dunkerque (mais pas toute la nuit, respect horaires de Dk bus) et une halte ferroviaire serait à l'étude sur la ligne Calais Dunkerque. On a mieux compris pourquoi quand Dominique Desprez a estimé que la grande salle sera "vraiment tout près de la place Jean-Bart et de la gare de Dunkerque !". "Combien de minutes pour y aller à pied ?", lança un moqueur dans la salle. La proposition "fun" de M. Desprez d'arriver à l'Arena en bateau de plaisance grâce à la création d'une halte nautique n'eut guère plus de succès. Fun certes, mais tellement inaccessible au commun des Dunkerquois !

Impact sur le commerce.- Divers intervenants ont successivement dénoncé la mort annoncée du commerce de centre-ville suite à l'arrivée du centre commercial du Noord Gracht. Parmi eux, Jean-Paul Delcourt, vice président de la CCI, a fait une intervention remarquée en se déclarant contre le projet du Noord Gracht : "Un nouvel équipement commercial en périphérie n'est pas pertinent. Mon travail consiste à protéger le commerce existant et donc, je ne peux avoir d'autre position."

La CUD a annoncé "2,5 millions d'euros de retombées de l'Arena pour le commerce local". Mais sous quelle forme et pour quel commerce ? Celui du Noord Gracht ? Aucune explication supplémentaire n'a été fournie.

Le vrai coût de l'Arena.- La CUD annonce un coût de 112 millions d'euros. Ce n'est pas le chiffre qu'a lu Jean-Louis Gadéa dans le contrat liant la CUD à Vinci : "Le vrai coût de l'Arena est évalué à 262 millions. C'est un projet démagogique, d'autre solutions plus abordables peuvent être mises en œuvre et vite."

Jean-Yves Frémont, de Dunkerque en mouvement, demande des éclaircissements sur le coût de l'Arena : "Pourquoi est-ce si cher ? Pourquoi une salle de 10 000 places ? Pourquoi voir si grand ? D'autres territoires font des salles de sport pour bien moins (12,5 millions pour une salle de 5 000 places à Orchies par exemple) ! Quelles certitudes avons-nous sur les recettes ?" La réponse de Vincent Leignel , adjoint au maire à l'urbanisme, est éclairante : "Il fallait prévoir 10 000 places pour que l'Etat verse une subvention de 6 millions d'euros !" Sur le sujet, l'élu concède aussi que "oui, certains coûts n'ont pas été budgétés" (la création d'une passerelle au dessus de l'A16 par exemple). A combien se monte ce surcoût non budgété ? Nous ne le saurons pas !

Mission sauvetage.- Ils ont été quelques-uns à vouloir défendre l'Arena. Chefs d'entreprises en affaire avec la CUD, personnalités ou élus redevables à Michel Delebarre, ils n'ont convaincu personne. Pas glorieux.

Risques industriels.- Nicolas Fournier  a pris la parole au nom de l'Adelfa pour donner des arguments précis et concrets en matière de risques industriels. Il a dénoncé la localisation de la future grande salle. Quatre installations dangereuses (ICPE) y sont implantées : Lesieur, Distriplast, Astra Zeneca et Minnakem. "Le risque d'explosion est réel "(dégagement de zyclon B!). Sans oublier la présence du site pollué du Borax (Arsenic dans les fossés adjacents) à proximité...

Arena non merci .-  L'association à l'origine d'une pétition contre l'Arena a fait plusieurs interventions. La première sur le nombre véritable d'emplois généré par le projet. "Nous voulons du travail, pas des concerts !". Christian Muys a ensuite dénoncé le saucissonnage des projets qui permet de faire passer la pilule. Pour lui, le projet commercial du Noord Gracht aurait dû être examiné en même temps que l'Arena car les deux projets sont interdépendants et liés. Evelyne Lelieur  a dénoncé une situation ubuesque : une CUD riche, des impôts locaux élevés, des habitants pauvres qui ne pourront pas se payer les spectacles de l'Arena.

Impôts locaux.- "Combien va nous coûter cette affaire ? Nos impôts locaux sont déjà très élevés !" C'est le cri du cœur d'un habitant de Petite-Synthe, M. Macrez. Vincent Leignel a répondu que les impôts n'augmenteront pas. Mais si la grande salle est un échec, il faudra bien payer !

Du pain et des jeux.- Léon Pannier, conseiller d'opposition à Gravelines, a dénoncé le manque de concertation autour du projet. "Allons nous devoir combler le déficit de l'Arena comme nous le faisons avec Sportica à raison de 3,5 millions d'euros chaque année ? Sommes nous revenus au temps des Romains ? Du pain et des jeux ?"

Humour.- Fayçal Barhoum, Grand-Synthois, a pris la parole pour dénoncer "l'aventurisme économique" de l'Arena. Mais "pour vous, cela n'a pas d'importance,  s'est-il adressé aux élus présents. Vous ne serez plus élus alors que nous, on payera encore !" Ne manquant pas d'humour, le jeune homme a réclamé la construction de "beaucoup d'églises qui nous permettront d'aller prier nombreux et souvent pour qu'aucune explosion industrielle ne survienne". Quant à Daniel Pasquereau de Fort-Mardyck, il  a attiré l'attention du public sur le départ de 6 000 jeunes du territoire ces dernières années. "Nous allons finir entre vieux ! Plutôt que faire une Arena, répondons aux besoins en matière de santé ou d'éducation !"



Les commentaires

  • Posté par Pierre, le 15/10/2013 à 11:00:26

    12 millions d'euros dans la poche de Vinci si le projet n'aboutie pas!!!!! Merci Monsieur le maire.......


  • Posté par Pierre, le 29/06/2013 à 12:49:07

    Madame Fabre nous a expliqué clairement que même si nous sommes pas d'accord cela se fera en référence au kursaal ou tout le monde était contre et maintenant on en redemande. Pas de référendum, çà c'est clair, le peuple est là pour payer , il peut dire son avis mais c'est tout. On appelle cela de la démocratie. La crise toujours la crise, on survie, le chômage, on se restreint sur tout, plus de cinéma (trop cher), plus de resto, plus de loisirs, plus d'auto (trop ponctionner en ville) mais avec la salle aréna tout va changer vous pourrez aller voir céline, rianna, sardou peut être johnnie MAIS A QUEL PRIX ??????????? On parle de 262 millions d'euros mais où va t-on Les entreprises de la région seront sollicitées mais qu'en est il de l'appel d'offre. Pour preuve le terminal gazier le marché des tubes a été donner aux grecs pour les sortir de la crise au détriment de TTs. Voir l'avenir c'est bien mais commençons par améliorer le présent.


  • Posté par Allan, le 28/06/2013 à 22:58:15

    Scénario d'un mauvais film - Clap de fin Cinéma rue nationale, 220 000 entrées par an. Cinéma Pôle Marine, objectif de rentabilité 750 000 entrées par an. La réalité, plus que 12 salles sur 20 en fonction et fermeture de nombreuses enseignes commerciales. Sportica, 3 200 places, jamais rempli cette année. Arena, objectif de rentabilité 5 000 spectateurs. Où trouver 1 800 spectateurs supplémentaires ? Les Calaisiens qui viennent en nombre à Gravelines, vont-ils faire le double de trajet sur l'A16 ? Sportica, loyer versé par le BCM, 140 000 euros par an. Salle Dewerdt, loyer versé par USDK,90 000 euros par an. Arena, loyer à verser par le BCM et l'USDK, 700 000 euros par an. 430 000 euros supplémentaires sachant que la CUD est le principal sponsor de ces deux clubs... La réalité en mars 2014..........


  • Posté par Cordiez D., le 27/06/2013 à 23:18:50

    Il est clairement apparu que les éléments plus ou moins solides (plutôt moins que plus !) apportés par les porteurs du projet Arena n'étaient absolument pas en phase avec les réalités et les difficultés vécues par les habitants.


  • Posté par Arthur, le 27/06/2013 à 21:09:45

    Quelques remarques suite à la réunion d'hier: * 3 millions d'euros de déficit annuel pour Sportica actuellement....encore plus demain avec le départ du BCM et l'arrêt du versement des loyers et des recettes des matchs * Dominique Deprez...ancien patron de la Soginorpa...débarqué en catastrophe (Cf Affaire Kucheida). Sans lui faire de procès, on peut s'étonner que cette personne soit en charge d'un dossier aussi lourd, financièrement, pour notre collectivité. * les clubs: combien de matchs par an à guichets fermés à Sportica et à Dewerdt ? Bon courage aux membres de l'association. Arthur