"J'adhère et vous ?" - Leila Naidji

Leila Naidji est institutrice à Petite-Synthe. Elle participe avec beaucoup d'enthousiasme à l'action de Dunkerque en mouvement.

-"Pourquoi avoir adhéré à Dunkerque en mouvement ?

- C'est la démarche qui m'a plu. L'idée de faire participer les citoyens, de débattre de l'avenir de Dunkerque et de concevoir ensemble un projet est vraiment intéressante. C'est aussi une preuve de respect vis-à-vis des habitants. Etre active au sein de l'association m'apporte beaucoup personnellement : j'apprends plein de choses, je rencontre des gens... Avec Patrice Vergriete, j'ai découvert le porte-à-porte cet été... et j'ai adoré ! Travailler pour l'intérêt général est évidemment une grande source de motivation. J'incite vraiment tous ceux qui me lisent - et qui ne l'ont pas encore fait - à adhérer !

- Vous faites partie d'un groupe de travail ?

- Oui, celui consacré aux questions sociales. Je vois bien que les gens ont de plus en plus de mal à vivre et à joindre les deux bouts. La misère sociale s'accroit à Dunkerque. Ce n'est pas forcément très visible car les gens se cachent, par honte. Il faut agir ! La question des discriminations me touche aussi. Le copinage ne peut pas être le principal mode de recrutement comme c'est actuellement le cas à la mairie ou à la CUD.

- Comment voudriez-vous que Dunkerque évolue ?

- Je trouve dommage que de plus en plus de jeunes quittent Dunkerque pour chercher du travail. Retrouver un dynamisme en termes d'emploi est donc la priorité. Deux de mes enfants me disent qu'ils partiront car ils n'ont pas d'autre choix, il n'y a rien pour eux ici. L'industrie a fait vivre nos parents (mon père travaillait à Usinor) mais elle ne nous fait plus tous vivre, nous, et encore moins nos enfants. Il ne me semble pas impossible d'attirer d'autres types d'entreprises sur ce territoire ! Davantage de loisirs pour les jeunes et d'animations me semble aussi largement faisable. Donnons au moins aux jeunes l'envie de rester faire leurs études ici !

- Vous avez fait du porte-à-porte cet été. Que vous ont confié les habitants ?

- A Petite-Synthe, j'ai rencontré des gens très lassés du système Delebarre. Jusque-là, ils ne disaient rien car ils pensaient qu'il n'y avait pas d'alternative. Dunkerque en mouvement leur ouvre de nouvelles perspectives, ils sont heureux de voir qu'un changement se profile. Les Petit-Synthois ont le sentiment d'avoir été abandonnés par la municipalité. Ils ne l'oublieront pas au moment de voter..."



Les commentaires

  • Posté par Pierre, le 09/09/2013 à 14:17:45

    Je suis d'accord avec Leila et ce que nous écrit Allan est la réalité à Petite synthe. J'habite rue de cassel coté Fort Mardyck (auto pont) dans ce quartier isolé de Petite synthe où il n'y a rien, ne se passe rien. Il y a 4 ans nous avions un auto pont pour relier Saint pol. Depuis le regroupement St pol, Fort mardyck, Dunkerque il a disparu. Tous les indésirables de Dunkerque ont été "parqué" dans cette rue. C'est une HONTE. Les logements sociaux des environs ont été refait à neuf sauf ceux de la rue de cassel. Pourquoi? On a construit un superbe pavillon pour accueillir les sans domicile ayant des problèmes de santé à coté d'immeuble datant des années d'usinor. Tout le monde est réuni, sociaux, sans papier, femmes battues dans des conditions souvent précaires. Pas de brocante, pas de musique, pas de guirlande, pas de carnaval, RIEN. En 26 ans je n'ai vu que Delebarre l'année de son élection c'était pour faire sa "com". Depuis plus personne. Lors de ma dernière rencontre avec Mme Fabre celle ci ne savait même pas que ce quartier était à Petite synthe elle pensait que cela faisait parti de Fort mardyck. Un comble pour une élue qui n'a jamais mis les pieds ici. Je soutiens Patrice pour son désir de changement, rendre notre ville plus humaine, plus accueillante, se sentir bien en bref aimé sa ville.


  • Posté par ALLAN, le 06/09/2013 à 23:37:50

    Leila, vous dites que les Petits-Synthois ont été oubliés par la municipalité. Pire, le maire de Dunkerque a fait de Petite-Synthe la banlieue Dunkerquoise. Quelques exemples concrets : 1) A Dunkerque centre, c'est 4 ramassages de déchets par semaine, pour la banlieue 2 ramassages par semaine et des verrues de containers à verre un peu partout même sur les trottoirs avec toutes les nuisances occasionnées. 2) A Dunkerque, un boulevard de la République aménagé avec mobilier urbain, arbustes, éclairage,...Pour la banlieue, un boulevard du banc vert aménagé avec des fonds de pots de peinture rouge sang et un boulevard Achille Pérès coupe gorge pour les deux roues 3) A Dunkerque, une piscine Paul Asseman rénovée avec sauna, jacuzzi,.. En banlieue, une piscine René Leferme délabrée avec des émanations de chlore +++ hors norme, des champignons, des moisissures,... 4)A dunkerque, des décorations de fin d'année dernier cri, Pour la banlieue le noir total 5) A Dunkerque, des lofts avec piscine pour les élus, En banlieue, des squats pour les roms. 6) A Dunkerque, un théâtre new look, un Kursaal rénové, Pour la banlieue, une future ARENA à 300 millions d'euros pour................. Etc,Etc,


  • Posté par Daniel Cordiez, le 06/09/2013 à 14:50:32

    Tu as raison, Leila. L'élaboration d'un projet par un travail collectif, comme le fait "Dunkerque en mouvement" tranche avec un projet tombé "tout cuit" et venant d'une petite équipe enfermée dans sa tour d'ivoire ! Et de plus, comme dans le même temps nos équipes effectuaient du porte-à-porte, notre mouvement a bien plus de chances d'être en phase avec les besoins des habitants.