"J'adhère et vous ?" - Bernard Montet

Avant de prendre sa retraite, en mars dernier, Bernard Montet était responsable du département Conseil aux entreprises de la CCI Côte d'Opale. C'est un expert du commerce dunkerquois qui témoigne aujourd'hui sur le blog.

- "Pourquoi avoir adhéré à Dunkerque en mouvement ?

- Je considère qu'il est temps de changer de maire. Le système Delebarre a bien fonctionné durant une période mais, désormais, il tourne en rond. Une nouvelle équipe doit arriver à la tête de la ville et la CUD. Et la seule alternative crédible, c'est Patrice Vergriete. J'ai eu l'occasion de travailler avec lui quand il était directeur de l'AGUR. A 45 ans, il est encore jeune mais expérimenté : en matière de politique locale mais aussi de dossiers nationaux qu'il a gérés en travaillant aux côtés de différents ministres. Il a des réseaux importants qui tiennent à son diplôme de polytechnicien et à ses fonctions professionnelles. Je le pense capable de rassembler très largement et d'ailleurs, le succès de Dunkerque en mouvement le prouve.

- Qu'est ce qui ne va pas aujourd'hui avec le commerce dunkerquois ?

- Je vais vous confier une chose : Dunkerque est la risée du petit monde des promoteurs commerciaux. L'équipe actuellement au pouvoir n'est pas capable de définir une stratégie commerciale digne de ce nom. Car on ne peut pas tout faire : à la fois renforcer le cœur d'agglomération et construire en périphérie des milliers de m² de commerces (NDLR : le projet Noord Gracht attenant à l'Arena et le projet d'extension de la zone commerciale d'Auchan Grande-Synthe). La politique commerciale actuelle n'est pas comprise par les enseignes qui ne savent pas si elles doivent s'implanter en périphérie ou dans le centre d'agglomération. Il faut afficher des priorités : d'abord le centre-ville puis après, permettre l'arrivée en périphérie de nouvelles enseignes absentes du paysage commercial en privilégiant le renforcement de centres existants. Mais faire les deux en même temps est impossible. Alors les promoteurs n'y comprennent rien et aucun ne veut venir investir ! C'est comme cela que l'on se retrouve avec un projet de 15 000 m² autour du théâtre qui rétrécit comme peau de chagrin (12 000 m² puis 5 000 m² aujourd'hui) et dont il ne sortira finalement aucun m² d'enseignes commerciales !

La priorité devrait plutôt être de trouver des enseignes pour occuper les friches commerciales existantes (6 000 à 7 000 m²). Dans le groupe de travail Commerce au sein duquel j'ai travaillé avec d'autres adhérents de Dunkerque en mouvement, nous avons fait des propositions très concrètes sur ce sujet. Remplir toutes les cellules commerciales vides serait un vrai signal positif pour les clients potentiels qui ont déserté le centre-ville - car on le voit bien, le samedi notamment, la foule n'est plus la même qu'avant.

- Les commerçants se plaignent aussi beaucoup du plan de stationnement. Qu'en pensez-vous ?

- Je suis pour la réduction de la place de la voiture en ville donc je ne suis pas entièrement négatif vis-à-vis de ce plan. Cependant, il me semble qu'il arrive bien trop tôt, et surtout dans un contexte de crise, il aurait fallu attendre un autre moment pour le mettre en place. Je pense qu'il faut absolument que la première demi-heure de stationnement soit gratuite. Enfin, il était possible de construire des parkings silos (à étages) plus proches du centre-ville, de façon à ne pas avoir à prendre une navette mais à marcher seulement quelques minutes pour aller dans les commerces.

- Que souhaitez-vous pour l'avenir de Dunkerque ?

- Le retour de la démocratie locale. Michel Delebarre décide seul de tout aujourd'hui. Il balaye d'un revers de la main ceux qui ne sont pas d'accord avec lui. Plutôt que de discuter et d'écouter, il fait une blague un peu limite pour s'en sortir et sa cour s'esclaffe. Je souhaite que le projet Arena ne voit jamais le jour tel quel. On doit tenir compte des leçons du passé et se souvenir du cinéma du Pôle Marine qui prévoyait 3 millions de visiteurs : on en a eu 700 000 maximum et des salles ont fermé. L'argument favori des partisans de l'Arena c'est "Il faut être optimiste, il faut croire en l'avenir". Oui, il faut de l'ambition pour ce territoire mais il faut aussi tenir compte de la réalité du marché. La population baisse sur notre littoral. On ne remplira jamais cette coûteuse Arena de 10 000 places ! De plus, rien n'est plus imprévisible et changeant que des bons résultats sportifs. Cette année a été excellente pour nos clubs. Qu'en sera-t-il l'année prochaine ? Et dans cinq ans ?

Et si on s'intéressait plutôt à notre station balnéaire ? Elle représente un potentiel d'emplois et d'attractivité inexploité. Ce serait un investissement fiable et à haut rendement pour Dunkerque. "



Les commentaires

  • Posté par Pierre, le 16/09/2013 à 11:35:19

    Beaucoup de plaisanciers anglais, belges; hollandais, français seraient désireux de passer quelques jours à Dunkerque mais faute de place ils poursuivent leur chemin sur Newport, Ostende qui ont réussi à développer ce tourisme maritime. Pourquoi pas nous ? Avec la place qu'il y a dans le port on pourrait le faire.


  • Posté par NB, le 14/09/2013 à 01:02:27

    La situation commerciale sur DK est catastrophique !!! Et ce n'est pas que la CCI côte d'opale qui le dit


  • Posté par Geoffrey, le 12/09/2013 à 22:09:50

    "Et si on s'intéressait plutôt à notre station balnéaire ? ". Je suis entièrement d'accord. Si la ville attire de nombreux touristes, il y a un vrai potentiel d'activité économique sur les espaces de la plage. L'Office de Tourisme travaille dans ce sens et dois je pense continuer.


  • Posté par Mich Mich, le 12/09/2013 à 11:50:47

    Le Pôle Marine? Combien y vont encore depuis le départ du regretté Virgin, vétitable locomotive des lieux! Ce n'est pas une salle de fitness qui aménera de la clientèle aux autres commerces.