"J'adhère et vous ?" - Pascal Lequien

Pascal Lequien inaugure notre rubrique "J'adhère et vous ?". A 51 ans, cet inspecteur divisionnaire des finances publiques réside et travaille à Dunkerque. Il fait partie des adhérents de la première heure de Dunkerque en mouvement.

- " Qui êtes vous Pascal Lequien ?

- Je suis fils et petit fils d'ouvrier. Je n'oublie pas d'où je viens. C'est d'ailleurs l'un de mes points communs avec Patrice Vergriete. J'ai milité au PS dans mes jeunes années. Je ne suis pas né à Dunkerque. J'y suis arrivé en 2007, pour y prendre un poste. Venant de la région lensoise, je me suis vite adapté. J'y ai retrouvé le même esprit : le sens du travail, la convivialité. Je suis aussi rapidement tombé dans la marmite du carnaval ! Aujourd'hui j'aime trop Dunkerque, il n'est plus question pour moi d'en partir.

- Pourquoi avoir rejoint Dunkerque en mouvement ?

- Dunkerque a actuellement beaucoup d'atouts inexploités. Tout miser exclusivement sur l'industrie ne me parait pas une bonne idée. Par exemple, davantage jouer la carte de la façade maritime me semblerait intelligent... Mais il semble que la baronnie locale ne l'entende pas de cette oreille et reste figée sur des concepts dépassés.  Je respecte ce qui a été fait mais j'estime que pour Michel Delebarre, le prochain mandat serait clairement celui de trop. Il y a une forte usure du pouvoir. La démocratie n'est plus de mise ; les idées ne sont plus porteuses.  La ville a besoin d'un nouvel élan. Patrice Vergriete l'incarne parfaitement. Quand il a créé Dunkerque en mouvement, je n'ai pas hésité une seconde. Intellectuellement, il tient la route. Humainement, il sait rester proche des gens.

- Quelle sera votre contribution à Dunkerque en mouvement ?

- Les finances sont mon domaine de compétence. Je suis quelqu'un de carré, de rigoureux car conscient que l’époque n’est plus au gâchis. La ville ne peut plus se le permettre. C'est cette expertise que j'apporte à l'association. Prenons l’exemple de la grande salle, cette fameuse Arena. Elle coûtera d'évidence plus de 200 millions, quoi qu'en dise la municipalité. L'aménagement extérieur (parking additionnel, passerelle au-dessus de l’A16, voirie de desserte, etc.) n'a même pas été budgété ! Avec cette salle, il n'y aura plus aucune marge de manœuvre financière.  Et les impôts locaux sont déjà très élevés à Dunkerque. Les augmenter davantage n’est pas imaginable… Je milite pour une gestion saine mais pas triste de l'argent public. Les meilleures idées ne sont pas toujours les plus coûteuses, loin de là !"

 



Les commentaires

  • Posté par Pierre, le 26/06/2013 à 11:31:38

    Oui combien au total cette salle va nous coûter? 10000 places, le bcm 6000, l'usdk 4000 et pour le reste on fait comment et qui va payer? Est ce bien nécessaire alors que d'autres projets ne sont pas encore réalisés ( pont de Fort Mardyck Saint Pol, le nouvelle piscine etc...) mais il est vrai que ces projets ne rapportent rien à la ville au contraire. Comme tu le dis Pascal voyons le maritime, la plaisance, le tourisme fluvial avec la Belgique, la plage de Malo, l'utilisation du port de Dunkerque à l'abandon toutes ces pistes que le maire de Dunkerque n' a jamais voulu exploiter.


  • Posté par HELUWAERT, le 13/06/2013 à 15:33:56

    Tout à fait d'accord. Il ne faut pas obérer les finances locales en prenant des initiatives hasardeuses d'autant que l'Arena, si elle doit exister, ne se justifie pas au Noordgraacht.


  • Posté par Stroobandt , le 12/06/2013 à 20:46:24

    Bonne analyse du contexte économique ainsi que de la nécessité de redéployer les investissements