"J'adhère et vous ?" - Pascale Devisscher

Pascale Devisscher est commerçante : elle a ouvert un centre d'épilation par lumière pulsée dans le centre-ville de Dunkerque en avril 2012. A 52 ans, cette femme vive et dynamique, Dunkerquoise depuis peu, a très envie de voir sa ville d'adoption bouger !

 

 

- "Pourquoi avoir adhéré à Dunkerque en mouvement ?

- Je suis arrivée à Dunkerque il y a cinq ans, je viens d'Hénin Beaumont. L'affaire Dalongeville a modifié mon rapport à la politique. J'avais voté pour cet homme qui nous a trahis. Toute proportion gardée, je ressens un manque de confiance envers le maire de Dunkerque. En tant que commerçante, je me sens isolée et très très peu considérée. Pour ouvrir Cosmo Depil, mon magasin, j'ai dû surmonter beaucoup d'obstacles. La mairie ne m'a pas aidée, au contraire ! Aujourd'hui, pour faire vivre mon commerce, c'est tous les jours que je dois me battre. Depuis mars, des travaux - qui dureront jusqu'en octobre ! - sont une source de nuisance quotidienne : bruit, saleté... A leur terme, je devrai refaire ma façade qui est neuve et ce sera bien sûr à mes frais. Mes clientes se plaignent aussi beaucoup du nouveau plan de stationnement. Ne pas avoir la première demi heure gratuite est une aberration. Les cafouillages successifs rebutent la clientèle qui réfléchit à deux fois avant de se rendre dans le centre. Cela se ressent clairement sur nos chiffres d'affaires. Mais nous ne sommes considérés que comme des vilains mécontents nous qui contestons les décisions prises en haut lieu ! J'ai adhéré à Dunkerque en mouvement car la démarche de Patrice Vergriete est l'exact opposé de la démarche actuelle : rien ne sera fait sans concertation !

- Vous faites d'ailleurs partie du groupe de travail thématique consacré au commerce...

- Oui, pour une fois, on nous écoute, on nous demande même de construire un projet. C'est tout simplement génial. Avec les autres commerçants du groupe, nous avons plein d'idées. Notre but est de faire en sorte que la ville redevienne un lieu de flânerie agréable avec de vraies animations. Les façades du centre auraient bien besoin d'être refaites. L'emblématique place Jean-Bart, par exemple, mériterait un autre traitement que celui qui lui est fait ! Je ne suis pas urbaniste mais je vois bien qu'ailleurs, des solutions sont mises en place. Nous avons droit à la qualité !

- Quel est le point fort de Dunkerque en mouvement à vos yeux ?

- Il y en a deux en fait. Le premier c'est de donner aux habitants la possibilité de construire le projet. Le second, c'est d'être sans étiquette politique. J'apprécie beaucoup le fait d'être avec des gens de sensibilités différentes. A l'usage, je vois que ces différences permettent de générer des idées meilleures. On n'est pas toujours d'accord, mais on dialogue, on débat, c'est un exercice constructif qui me ravit et me donne de l'espoir pour Dunkerque ! J'incite tous ceux qui veulent que notre ville bouge à adhérer, comme moi, à Dunkerque en mouvement."



Les commentaires

  • Posté par Mme Hornoy, le 02/08/2013 à 11:45:34

    Tout à fait d'accord, Commerçante située dans la rue de l'Amiral Ronarc'h à Dunkerque, la majorité de mes clients nous disent qu'il est illogique d'accéder à cette rue par la rue des fusiliers marins longeant la CUD, un accés périphérique menant droit à Malo, alors que tout naturellement la clientèle touristique arrivant en centre ville ainsi que nombre de Dunkerquois y trouvent l' accés évident venant de la place Jean Bart. De plus avec les travaux le secteur est "bardé " de sens interdits, qu'il faut même transgresser pour accéder à notre rue : unn plan de circulation mal pensé. il manque un feu rouge en quittant l'accés rue de la panne, vers la rue des fusiliers marins, ce qui oblige nombre de voitures quittant ce secteur à une très longue attente.