Fuite des habitants : nos solutions

C'est officiel : Dunkerque compte 91 386 habitants, soit 3 574 de moins qu'il y a cinq ans. La presse s'intéresse de près au phénomène dunkerquois. France 2 a dégainé la première lors du 20h du 2 janvier. Aujourd'hui, c'est La Voix du Nord qui consacre deux pages au sujet.

" Dunkerque : une des pertes démographiques les plus importantes de l’Hexagone "

" Dunkerque (avec Saint-Pol-sur-Mer et Fort-Mardyck) a perdu en 5 ans la bagatelle de 3 574 habitants (-3,7 %). Ce qui lui vaut d’être dans le peloton de tête des villes ayant connu la perte démographique la plus importante de l’Hexagone ", peut-on lire aujourd'hui dans les colonnes de La Voix du Nord. Plus préoccupant, cette baisse démographique, loin de se stabiliser, s'accélère depuis le début des années 2000 :  - 31 habitants/an entre 1990 et 1999 ;  - 428 habitants/an entre 1999 et 2006 ; - 715 habitants/an entre 2006 et 2011 !

Pourquoi cette fuite des habitants ?

La première et principale raison, c'est le manque de perspectives d'emplois.- Les jeunes actifs représentent le gros des départs du territoire. Ultra spécialisée dans l'industrie, notre économie locale ne créée pas d'emplois correspondant aux attentes et aux qualifications des jeunes diplômés.

Avec ces départs massifs de nos jeunes diplômés vers des villes et des agglomérations plus accueillantes en termes d'emploi, c'est un vivier de contribuables locaux mais aussi de consommateurs potentiels qui s'envole. Artisans, commerçants, services à la personne (nounou, femmes de ménage etc.) y perdent largement...

L'effet bonus de la fuite.- Comme l'explique l'économiste de l'AGUR à La Voix du Nord : " Les jeunes Dunkerquois sont mobiles, plus que les Calaisiens par exemple, et s'ils restaient, ils figureraient dans les chiffres de la population mais aussi dans ceux du chômage. "  Parce qu'elle fait baisser le taux de chômage dunkerquois à 13,2 % (chiffres 2ème trimestre 2013), cette fuite masque la réalité et l'ampleur du problème de l'emploi sur notre territoire. La municipalité sortante n'a vraiment pas à se réjouir de ce taux bâti sur une illusion...

Pavillon avec jardin.- La deuxième explication à la fuite des habitants réside dans le manque d'offre pour certains types de logements. Avec l'arrivée d'un premier enfant, les couples ont envie de verdure, de calme et d'espace. Les villages périurbains leur font les yeux doux avec leurs pavillons, leurs prix fonciers et immobiliers attractifs et aussi, la perspective de payer moins d'impôts locaux.

Quelles solutions proposons-nous ?

Notre proposition consiste d'abord à adapter notre stratégie de développement local aux nouvelles réalités économiques. Notre priorité absolue sera de relancer la dynamique et l'attractivité de notre ville dans le but de créer des emplois : création d'un pôle tertiaire autour de la gare en lien avec la métropole lilloise, soutien aux PME à potentiel d'avenir, développement de notre station nautique et balnéaire, mesures visant à rendre notre centre d'agglomération plus dynamique... Notre volonté de diversifier l'économie locale (l'industrie ne représente pas le seul débouché possible pour ce territoire !) est aussi susceptible de donner des perspectives d'embauches plus variées à nos jeunes.

En matière de logements, là encore, il est possible de redevenir attractifs pour les jeunes couples avec enfants. Certains types de logements neufs (maisons de ville, villas de trois appartements...) peuvent être privilégiés. Il s'agit de faire les bons choix en matière d'urbanisme. Ainsi, à Malo, sur l'ancien emplacement de l'ISCID (avenue de la Mer), Patrice Vergriete avait défendu le projet d'une cité jardin du 21ème siècle mêlant habitations et verdure. Le maire sortant a tranché : ce sera une barre d'immeubles.

Enfin, nous nous engageons à baisser les impôts locaux pour rendre notre ville plus attractive sur le plan fiscal.



Les commentaires

  • Posté par HELUWAERT, le 10/01/2014 à 12:00:31

    Je pense qu'il faut d'abord compter en termes d'agglomération et non de ville. Il faut, ensuite, revoir les conditions de logement à Dunkerque et de relations avec Lille afin d'offrir à ceux qui travaillent à Lille des conditions de logement ou d'accès à la propriété intéressantes. Il faut aussi penser à diversifier les activités économiques de Dunkerque et ne pas tout fonder sur l'industrie lourde.


  • Posté par Valérie D, le 09/01/2014 à 09:42:42

    Penser à l'avenir, proposer des solutions concrètes, vouloir donner aux jeunes (et à tous les Dunkerquois) la possibilité de rester travailler ici, c'est ce qui différencie un candidat d'un futur maire. Je crois que là, Patrice Vergriete montre qu'il a les épaules d'un maire.