Réussite scolaire pour tous les petits Dunkerquois !

En matière d'accompagnement éducatif, Dunkerque en mouvement a déjà fait deux propositions ambitieuses : en lien étroit avec l’Education nationale, nous miserons sur l’apprentissage de l’anglais pour que, dans 15 ans, Dunkerque soit la ville de France où cette langue est la mieux maîtrisée. Et nous créerons une académie d’été pour accompagner les élèves en difficulté.

L'académie d'été en 6 points

  • L'académie d'été s'adressera aux élèves en difficulté ou en situation de décrochage scolaire. Et il sont nombreux. L’agglomération dunkerquoise enregistre en effet un taux de retard scolaire* en sixième supérieur aux moyennes académiques et nationales : 19 % en 2011-2012, soit 1 point de plus que l’académie de Lille et 4,3 points de plus que la France métropolitaine ! (Source : AGUR - Académie de Lille)
  • Avant sa mise en place, l'académie d'été sera pensée et conçue en concertation avec l'Education nationale (qui reste bien évidemment le cœur du système éducatif) et les représentants de parents d'élèves. Précision utile : les écoles privées seront associées à la démarche au même titre que les écoles publiques.
  • Les enfants accueillis à l'académie d'été seront encadrés par des enseignants diplômés, à la retraite ou en activité. Plusieurs enseignants enthousiastes se sont déjà manifestés auprès de Dunkerque en mouvement pour participer au projet...
  • L'académie d'été se déroulera sur une période de plusieurs semaines, pendant les vacances d'été. Elle ne sera pas organisée dans les écoles mais plutôt dans un lieu dédié, de manière à ne pas rebuter les enfants et à permettre aux enseignants d'expérimenter des méthodes pédagogiques différentes et novatrices. L'académie d'été sera l'occasion d'apprendre autrement, à son rythme et en s'amusant.
  • Gratuite, l'académie d'été sera proposée - mais jamais imposée - aux parents dont l'enfant a été repéré par son enseignant comme étant en difficulté ou risquant de l'être lors de son passage en classe supérieure.
  • La première année de mise en place de l'académie d'été constituera un test à l'issue duquel parents et Education nationale seront une nouvelle fois invités à discuter avec la municipalité dans le but d'améliorer le dispositif.

*Le retard scolaire s’apprécie par rapport à un cursus "normal", c’est-à-dire une scolarité sans interruption, ni redoublement, ni saut de classe. C’est un indicateur couramment utilisé pour mesurer les difficultés rencontrées par les élèves.

Chaque petit Dunkerquois compte !

De nombreuses études montrent que la réussite scolaire est en partie prédéterminée par le milieu social d'origine. La possession par la famille de capitaux culturels et économiques est un facteur essentiel de réussite scolaire. Le chômage, la pauvreté ou la faible qualification des parents expliquent en partie, mais pas seulement, les difficultés scolaires de certains jeunes. En effet, des enfants de milieux plus favorisés rencontrent aussi des difficultés scolaires. L'important, c'est qu'aucun d'entre eux ne soit laissé au bord du chemin. Chaque petit Dunkerquois compte ! Tous doivent bénéficier des mêmes chances de réussite scolaire.

Recette finlandaise

On parle souvent de la Finlande comme d'un exemple en matière de difficulté scolaire : le redoublement, s’il n’y est pas interdit, est une mesure tout à fait exceptionnelle. Le système finlandais arrive à faire progresser des élèves dits « faibles » de manière efficace. Comment est-ce possible ? Spécificité du système finlandais : lorsque le professeur n’est pas parvenu à résoudre les difficultés de l’enfant ou du jeune, il peut faire appel à un professeur spécialisé. Les élèves sont alors pris en charge individuellement par ce professeur spécialisé (ou parfois par petits groupes de maximum quatre élèves). Cette aide peut être dispensée pendant la semaine, après les cours, mais aussi pendant les vacances (les vacances d'été en Finlande sont aussi longues que les nôtres !). Un élève finlandais sur six reçoit une aide spécialisée. Pourquoi ça marche ? Parce que la prise en charge des élèves en difficulté est immédiate dès la détection de celle-ci. Aucun enfant en difficulté n'est laissé sans aide. C'est cette recette finlandaise qui a inspiré à Dunkerque en mouvement sa proposition d'académie d'été.

 

 



Les commentaires

  • Posté par RANCHY Laurence, le 21/11/2013 à 16:05:55

    Favoriser la réussite de tous et de chacun, c'est n'oublier personne sur le bord du chemin. Cette académie d'été est une formidable initiative. "Ouvrez une école, vous fermerez une prison"!!!! dixit Louis Charles Jourdan. Bravo à Patrice et à toute l' équipe. Merci à ces personnes riches et dévouées, heureuses de transmettre, et de donner de leur temps et de leur savoir. J'ai eu la chance d'en rencontrer quelques uns sur mon chemin .... on ne les oublie jamais !!!


  • Posté par Thierry Maure, le 19/11/2013 à 22:01:23

    Cette initiative est plus qu'intéressante pour améliorer le niveau des élèves. Et le positionnement par rapport à la réforme Peillon qui va aussi dans le bon sens, qu'en est-il?


  • Posté par HELUWAERT, le 17/11/2013 à 14:42:09

    Sans doute que l'anglais est utile mais, si on réfléchit en termes de proximité géographique et économique, il ne serait pas mauvais de donner un coup de pouce au flamand. D'autant que cela pourrait valoir un soutien euroépen.


  • Posté par severine, le 15/11/2013 à 21:23:53

    Excellente idée de donner à tous les enfants "une seconde chance" de pouvoir reprendre certains point d'une manière différente.