Revue de presse

Depuis l'élection de Patrice Vergriete à la mairie de Dunkerque, les articles s'enchaînent à un rythme effréné. Voici notre sélection.

Pour revivre les événements du 30 mars...

Dans la Voix du Nord du 31 mars 2014, Patrice Vergriete atomise Michel Delebarre et s'empare de la mairie

Extraits : 

" Avec 55,53 % des suffrages, Patrice Vergriete a relégué Michel Delebarre à près de trente points. Un scénario qui, il y a encore quelques mois, aurait relevé de la science-fiction. « Mais il y a eu ce travail extraordinaire d’une équipe et de tous ces Dunkerquois qui ont fait Dunkerque en mouvement, expliquait, ce dimanche soir, Patrice Vergriete, à peine étonné de l’ampleur de son succès. Dans cette campagne j’ai senti une étonnante énergie collective. » "

" Il semble que, d’une part, le résultat de dimanche dernier a convaincu et décomplexé certains indécis et que, d’autre part, la campagne du second tour a produit son effet, notamment ce tract du clan Delebarre , très mal perçu. « Entre les deux tours, il y a eu une campagne que je n’ai pas comprise et je ne m’apesantirai pas dessus », regrettait un Vergriete très ému. Dans les salles de la mairie, dans l’escalier, qui refusait de libérer ses occupants pour faire durer la communion, c’était l’effervescence des grands jours. « À tous ces Dunkerquois je veux lancer un appel. Nous allons faire de Dunkerque un laboratoire politique pour démontrer qu’une autre manière de faire de la politique est possible. Durant la campagne, j’ai senti une énergie collective incroyable. C’est sur cette énergie que je veux bâtir le futur de Dunkerque. » "

Dans Le Phare dunkerquois du 31 mars, Patrice Vergriete signe la prise de Dunkerque

" Il a fendu la foule massée dans l'hôtel de ville comme une rock star. Puis, sur l'estrade, Patrice Vergriete a tracé le V de la victoire avec ses bras avant de remercier ses électeurs. Sur le parvis de la mairie, là où Michel Delebarre lançait jadis des homards, une marée humaine scandait le prénom de son héros. Hier soir, Dunkerque a vécu un moment historique. Des scènes mémorables, enivrantes pour le leader de Dunkerque en mouvement. La prise de Dunkerque du 30 mars 2014 en quelque sorte pour celui qui avait installé son local de campagne face à la statue du célèbre corsaire Jean Bart. Le bateau de Dunkerque en mouvement n'a donc pas coulé face à la dernière vague. En tête du premier tour, Patrice Vergriete remporte 55,53 % des suffrages exprimés. Une tempête. Une tornade. Un tsunami. Michel Delebarre, maire de Dunkerque depuis 1989, patine avec ses 26,27 %. Philippe Eymery pour le Défi dunkerquois, troisième acteur de cette triangulaire, décroche 18,7 % des suffrages exprimés.
Battu, Michel Delebarre n'a pas communiqué les résultats comme le veut la tradition. Robert Serna, le directeur général des services, a rempli cette mission devant une foule en délire. La liste de Patrice Vergriete remporte 42 des 53 sièges du conseil municipal. Celle de Michel Delebarre, Tous ensemble, se contentera de cinq places, une de plus seulement que les élus du Défi dunkerquois. « Je veux remercier tous les électeurs dunkerquois, insiste Patrice Vergriete, merci pour leur confiance, leur soutien. Oui, nous allons faire de la politique autrement. Nos élus seront intègres et compétents. Nous resterons proches de tous les Dunkerquois, c'est un engagement. Dunkerque deviendra un laboratoire politique, nous allons prouver qu'il est possible de diriger une ville autrement. Tout au long de cette campagne, j'ai senti une formidable énergie positive sur laquelle je compte bien capitaliser. Oui, je suis ému, cette ville c'est toute ma vie et c'est un grand moment. » Puis, dans cet hôtel de ville qui a usé deux maires seulement en cinquante ans (Claude Prouvoyeur et Michel Delebarre), Patrice Vergriete a entonné la Cantate à Jean Bart, les yeux rougis, les bras levés et les épaules chargées de « la responsabilité accordée par tous les Dunkerquois. » Heureux, mais lucide. "

Sur les ondes de Delta FM le 31 mars, Municipales : Du changement à Dunkerque

Lendemain d'élection, la première interview de Patrice Vergriete

Dans la Voix du Nord du 1er avril 2014, Patrice Vergriete à Dunkerque: « Je ne veux pas que l’on m’appelle patron… »

Extraits :

Durant la campagne, vous avez annoncé que vous réduiriez le nombre d’adjoints. Comment allez-vous procéder ?

« Je me conformerai à la loi et je nommerai un adjoint par quartier. Mais je veillerai à rassembler les territoires de Dunkerque Centre, des Glacis, de la Basse-Ville, du Jeu-de-Mail et de Dunkerque Sud, afin de donner du sens à l’histoire de Dunkerque. Conjointement, je mettrai fin aux adjoints spéciaux et aux adjoints spéciaux délégués. Au final, on divisera les postes d’adjoints par deux. »

Vous vous êtes engagé à être un maire présent dans sa ville. Comment cela va-t-il se traduire ?

« J’ai appelé mon employeur ce matin pour demander une mise en disponibilité afin d’être 100 % Dunkerquois. Je respecterai scrupuleusement mon engagement, Un homme trois fonctions. Si je suis maire et président de la CUD, cela fera deux. Il y en aura une 3e en suspens. Je m’engage à ne pas être président de structures parapubliques. La fonction de maire oblige à être président du CCAS et du conseil de surveillance de l’hôpital. Je nommerai tout de suite un vice-président pour le CCAS et j’honorerai ma fonction de président du conseil de surveillance du CHD car la santé des Dunkerquois est un sujet qui me tient à cœur. »

Et l’Arena, qui fut un élément central de la campagne ?

« C’est une priorité temporelle. Si je suis élu président de la CUD, je regarderai le contrat avec une extrême précision. Tant que je ne l’ai pas, je ne peux me prononcer sur la clause de dédit. Il faudra probablement une expertise juridique pour voir comment en sortir. Je veux savoir quelle sera ma marge de manœuvre, comment réviser à minima la jauge, le lieu d’implantation… »

Vous avez déclaré vouloir faire de Dunkerque un laboratoire politique qui démontrera qu’il est possible de faire de la politique autrement. Comment faire ?

« L’ancienne école vient d’être sanctionnée. À Dunkerque comme ailleurs. Cette ancienne école, c’était le cumul des mandats, les affaires, la politique faite par les notables. Je me sens comme le représentant, à l’instar de Frédéric Chéreau qui vient d’être élu à Douai, de cette nouvelle génération politique. Je veux incarner de nouvelles pratiques politiques qui tendent à réduire l’écart entre la population et leurs élus. En lui offrant par exemple la possibilité de s’exprimer en amont sur les projets. »

Comment allez-vous exercer votre fonction ?

« Je ne suis pas naïf, je vais devoir me protéger un minimum tout en gardant un maximum de proximité. Nous remettrons en place des permanences car le maire ne doit pas se couper de la population. Nous venons de sortir de la baronnie et moi, je ne suis pas un baron, je ne veux pas que l’on m’appelle patron. »

Communauté urbaine : les ralliements des maires à la candidature de Patrice Vergriete

Dans la Voix du Nord du 3 avril 2014, Dunkerque : l'union sacrée pour la communauté urbaine

Extraits :

Vingt-quatre heures après avoir annoncé son soutien à Patrice Vergriete, candidat à la présidence de la CUD, David Bailleul a confirmé ce mercredi le « désir d’avenir de mettre l’agglomération en mouvement dans le plus large rassemblement possible ». Le futur maire de Dunkerque et candidat à la tête de l’intercommunalité a tout d’abord précisé que « David Bailleul a été le premier à avoir répondu à mon appel, suivi par Damien Carême, et d’autres qui m’appellent depuis ce matin : l’objectif est de réunir tous les maires de l’agglomération, on y parviendra ».

Ce rassemblement, cette envie de faire de la politique autrement, les deux élus la justifient par le message envoyé par les électeurs lors de ces municipales. « Ils nous ont fait confiance massivement, souligne Patrice Vergriete. Nous en serons dignes, nous l’assumerons pleinement, nous sommes prêts. La preuve : on est capables de se rassembler autour d’une vision commune de l’agglomération. »

Outre cette proximité plus forte avec le citoyen, le candidat a annoncé une gouvernance profondément rénovée, avec un rôle primordial pour la conférence des maires. « Elle doit être un vrai lieu de débat, nous poserons tous les sujets sur la table, même les plus difficiles. Je ne veux plus de communes ostracisées, ni qu’un seul homme décide pour tous. Il est temps qu’on se parle du fond. »

Outre les priorités fixées (développement économique en lien avec la métropole lilloise, attractivité du territoire, réflexion sur les transports en commun…), cette logique plus collective a séduit David Bailleul. « Plus de CUD partisane, mais ouverte à tous dans l’intérêt général. Comment imaginer voici quelques semaines qu’une conférence de presse avec le futur président de la CUD se tiendrait à Coudekerque-Branche ? »

Dans la Voix du Nord du 2 avril 2014, David Bailleul et Damien Carême appellent au rassemblement autour de Patrice Vergriete

Extraits :

David Bailleul (Coudekerque-Branche) et Damien Carême (Grande-Synthe) soutiennent Patrice Vergriete à la présidence de la CUD. Ce mardi, le suspense a pris fin quant à l’avenir d’une communauté urbaine sonnée par le désaveu cinglant encaissé dimanche par son président sortant, Michel Delebarre. Deux jours après son écrasante victoire au second tour de l’élection municipale (55,53 %), Patrice Vergriete s’assure également la succession de Michel Delebarre aux manettes de l’institution intercommunale.

Le nouveau maire de Dunkerque, Patrice Vergriete, est satisfait de convaincre les maires de l’agglomération. « Je n’ai jamais douté de ces soutiens. J’ai toujours pensé que les maires de l’agglomération étaient dans un état d’esprit de développement de notre territoire. Dans les mois qui viennent, on va travailler tous ensemble pour cette agglomération. » Le jeudi 10 avril, lors de l’installation du conseil communautaire, sans doute qu’il rassemblera autour de lui bien plus de 44 élus.



Les commentaires

  • Posté par laurence, le 03/04/2014 à 23:34:49

    Le conseil de communauté est ce le 10 ou le 17 avril ? Cette date intéresse beaucoup de dunkerquois


  • Posté par Allan, le 03/04/2014 à 22:17:53

    A vos agendas. Erratum : L'installation du conseil communautaire est fixée au jeudi 17 avril et non au jeudi 10 avril comme l'indique l'article de presse. Venez nombreux...


  • Posté par Albéric Soonekindt, le 03/04/2014 à 16:35:28

    Et j'ajouterai ce court extrait du Canard Enchaîné de cette semaine : "... Soucieux d'épargner la santé de ce surhomme (Michel Delebarre), les électeurs de Dunkerque ont choisi de confier sa fonction à son ancien adjoint aux sports, qui avait démissionner en 2013...". "Il faudrait d'urgence créer une agence de lutte contre le cumul des mandats, que Delebarre pourrait présider. .. ".


  • Posté par Laura, le 03/04/2014 à 16:28:00

    Une victoire amplement méritée par tout le travail mené durant cette campagne. Cependant, comme Patrice le répète assez souvent, le travail ne fait que commencer. Au boulot!