Vis ma vie de jeune à Dunkerque

Komla, Charles-Emmanuel... Deux membres de Dunkerque en Mouvement Jeunes prennent la parole pour évoquer leur parcours, leur situation professionnelle et leurs aspirations.

 

 

 

Charles-Emmanuel : « Je veux de l’embauche au mérite et aux compétences »

Charles-Emmanuel Degans, 31 ans, fait partie de ces ultra-diplômés pour lesquels la recherche d'un emploi s'avère finalement compliquée. Après des études juridiques immobilières, l'obtention d'un master ingénierie immobilière à l’ESTP Paris, il obtient un premier contrat de travail, à Grasse, dans la construction de maisons de retraite. De retour à Dunkerque, où il souhaite vivre, il ne trouve pas d'emploi. Pour s'en sortir, il devient alors, un temps, agent immobilier, avant de se résoudre à partir en Grèce pendant deux ans où on lui propose de faire du street marketing pour un grand groupe d’hôtels.

Aujourd'hui, tout juste rentré dans la cité de Jean-Bart, il est bien décidé à faire bouger les choses : « Je connais Patrice Vergriete pour l'avoir côtoyé quand je présidais l’association de skate ASBD entre 2005 et 2007. Avec lui, j'ai tout de suite accroché ! Sa candidature est la meilleure chose qui pouvait arriver à Dunkerque... Quand il sera maire, il veillera à ce que les embauches se fassent sur compétences, et pas autrement ! »

Komla : « Ma façon de remercier Dunkerque avant de repartir »

Komla Woedeme est de passage à Dunkerque. Ce Togolais de 28 ans y est étudiant depuis mars 2012 : « Je suis venu ici pour continuer mes études après une licence de droit et une formation en management des entreprises. Aujourd’hui, je suis en 2ème année de Master Ingénierie économique parcours logistique et transport. Ensuite, je repartirai. ».

A Dunkerque, Komla aimerait sortir un peu plus la semaine, comme le week-end, mais « il y a un manque de loisirs et à 19h tout le monde ou presque rentre chez lui. Pour les étudiants étrangers, ce n’est pas évident… Plus de bus après 21h ! Sans voiture, on est très captif ».

Pourtant Komla aime beaucoup Dunkerque, sa "ville d'accueil" comme il l'appelle. C'est pourquoi  le jeune homme a eu envie de s'engager politiquement auprès de Dunkerque en mouvement : « J'ai envie de remercier Dunkerque et les Dunkerquois pour leur accueil. Je veux faire en sorte que les jeunes aient une vie plus agréable. Le bus gratuit ou encore l’ouverture des équipements sportifs jusqu’à 1h du matin le vendredi et le samedi sont de bonnes mesures pour ça ! »

 

 



Les commentaires

  • Posté par Sébastien D., le 20/12/2013 à 21:58:33

    Pour répondre aux propos de Charles-Emmanuel et de Laura, j’apporte ici mon témoignage. Jeune Saint-Polois de 27 ans, je suis né à Saint-Pol et vit depuis toujours dans ma ville. Après l’obtention de mon Master en management des collectivités territoriales à Lille je suis revenu dans notre agglomération pour décrocher un emploi dans une mairie ou à la CUD. Croulant sous les réponses négatives, j’ai passé plusieurs concours, ce qui m’a conduit à devenir lauréat du concours d’Adjoint administratif territorial de 1ère classe en juillet 2012. Je pensais à ce moment-là connaître la fin du tunnel… Mal m’en a pris ! Presque 18 mois plus tard (mon concours est valable jusque fin juillet 2015) je n’ai toujours pas réussi à intégrer une collectivité. A l’instar de Laura, j’ai postulé cette année à 5 emplois à pourvoir à la CUD… j’attends toujours ne serait-ce qu’une réponse à l’une de mes candidatures ! Idem à la mairie de ma ville (pour laquelle j’ai pourtant travaillé plusieurs étés en temps que saisonnier) : depuis septembre je transmets une candidature tous les 15 jours ; à ce jour je n’ai pas reçu un seul courrier ou appel de leur part ! Comme de nombreux jeunes dunkerquois je me rends compte que dans nos administrations les connaissances (relations) semblent primer sur les compétences. La proposition de Patrice à ce sujet, modifier le mode de recrutement dans les collectivités dunkerquoises en faisant primer les compétences et le mérite, m’intéresse tout particulièrement ! Elle est d’ailleurs pleine de bon sens ! (ce que n’a visiblement pas l’équipe municipale actuelle). Nous, jeunes dunkerquois, pourrions être l’un des moteurs du « re-dynamisme » de notre ville, pour peu que l’on nous fasse confiance, notamment lors des recrutements ! Dans mon cas personnel, à l’heure où je suis devenu papa d’un petit garçon et beau-père de deux jeunes filles, pour leur avenir, celui de ma compagne et le mien, je me dois de trouver un poste rapidement, en adéquation avec mon concours et mes compétences. Si les choses ne changent pas j’envisagerai de quitter notre région avant que ma situation financière ne s’aggrave.


  • Posté par boute, le 20/12/2013 à 19:37:11

    On compte sur vous pour du renouveau. Dunkerquois, j'ai quitté la ville pour mon travail, à Lille, dans un groupe de bricolage. Mais je n'ai pas oublié Dunkerque. J'y suis revenu, et acheté une maison, parce Dunkerque est mon ADN. A lille, je rencontre beaucoup de Dunkerquois, d'études supérieurs, qui ne trouvent leur emploi que sur la métropole. Je suis peu à Dunkerque, le weekend, et je paye beaucoup d'impôts locaux et fonciers. 1000 + 1000 euros. c'est mon principe de choix. Made in Dunkerque, à innover avec les jeunes. et penser aux jeunes. Voir mon petit billet ici : http://zeboute.wordpress.com/2013/10/26/made-in-dunkerque-innovation-emploi/